lundi 23 octobre 2017

Liberté, je dessine ton visage - Olivier Tarassot



Quatrième de couverture

Charlie est journaliste, en reportage au cœur de la Syrie. Julie, sa compagne, est urgentiste à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière. 
Leur destin bascule quand Charlie est enlevé par l'État Islamique. 
De Paris à Alep, en passant par la Turquie, des vies se croisent, se bousculent, s'abîment et ricochent comme autant d'existences projetées dans le fracas d'un monde où des hommes et des femmes ordinaires deviennent les résistants de la Liberté.

Mon avis


J'ai longuement hésité avant de savoir si j'allais acheter ce livre, à cause du thème, l'horreur on la voit, on l'entend tous les jours à la télé ou à la radio, alors je ne voulais pas la revivre en lecture. Puis j'ai quand même franchi le pas, dès sa sortie grâce aux commentaires élogieux et à la promotion de ce livres d'auteurs indépendants que je suis et je ne regrette pas, j'ai passé un excellent moment, j'ai eu beaucoup de mal à lâcher mon livre  ... 

On s'attache aux divers personnages, une fois vous êtes en France avec Julie et au chapitre suivant vous vous retrouvez en Syrie auprès de Charlie et de Pablo enlevés par l'Etat islamique. On va vivre avec eux leur captivité, on va avoir accès à leurs pensées. Pour ce qui est de ma crainte de retrouver dans le récit des scènes atroces, il n'en est rien, tout est suggéré et puis tout le monde sait ce qui se passe là bas et comment peuvent être traités les prisonniers et puis pour moi, ce qui m'a plu dans ce livre c'est l'histoire d'amour entre Julie et Charlie, mais aussi les liens forts qui unissent les membres d'une même famille.

J'ai eu un moment de l'histoire où je me suis dit "zut, ce qui se passe n'est pas possible" mais au final pourquoi pas, le hasard peut bien faire les choses alors je me suis laissée bercer par l'histoire.
Je me suis identifiée à Julie, bien sûr, je vivais son angoisse, ses craintes pour l'avenir, allait-elle retrouver son compagnon vivant ? J'ai ressenti sa peine, sa colère mais aussi sa combativité  ... C'est une personne forte et elle aussi est pleine d'humanité, on la ressent du début jusqu'à la fin de l'histoire. Charlie et Julie, j'aime leur liberté, leur franchise, leur empathie, ce sont des personnages profondément tournés vers les autres. 

Mais tout ne tourne pas autour de ces deux personnages (Julie et Charlie) il y a aussi Lola âgée de 17 ans, avec elle on découvre une jeune fille partie en Syrie pour faire de l'humanitaire au dire de son compagnon, chacun sait ce qu'il en sera, on va découvrir son histoire. Il y a le père de Lola qui part de France pour la retrouver,  tour à tour vous passez d'un sentiment à un autre selon les situations de chacun et ils sont tous aussi forts les uns que les autres, chacun à leur manière et c'est émotionnellement prenant. 

Je ressors de ce livre avec un sentiment de tristesse où tout cela va-t-il nous mener ? l'humanité vaincra-t-elle ? J'ose espérer que oui ...

Ce livre est un combat pour la liberté pour toutes les libertés et j'ai adoré. 

samedi 21 octobre 2017

Une putain d'histoire - Bernard Minier


Quatrième de couverture

Une île boisée au large de Seattle... 
« Au commencement est la peur. 
La peur de se noyer. 
La peur des autres,

ceux qui me détestent, 
ceux qui veulent ma peau. 
Autant vous le dire tout de suite : 
Ce n’est pas une histoire banale. Ça non. 
C’est une putain d’histoire. 
Ouais, une putain d’histoire… » 

Mon avis

C'est le second livre que je lis de Bernard Minier et j'aime bien ce qu'il fait. L'histoire est originale pour un thriller, je ne me suis pas ennuyée malgré quelques longueurs à mon goût, des descriptions m'ont semblé inutiles. Plus on avance, plus la tension monte, du suspense donc, du début à la fin, j'ai été surprise quand j'ai su qui était le meurtrier pas à un seul moment je l'ai soupçonné. Par ce livre l'auteur nous montre aussi comment nous sommes surveillés presque malgré nous sur le net mais aussi par nos achats, la fin de la vie privée, c'est assez effrayant je trouve. 

lundi 16 octobre 2017

Le supplément d'âme - Matthieu Biasotto


Quatrième de couverture

Je ne me souviens de rien. J’ai tout oublié ou presque. Mon existence s’est arrêtée brutalement et la mort ne me veut pas. Je ne peux pas revenir. Je ne veux pas mourir. Pas pour l’instant. Pas avant que je ne comprenne ce que je suis. Ce que j’ai fait. Ce que mes proches ont comploté, dit ou pensé. Pas avant d’avoir saisi le sens de ma vie. Je voudrais découvrir ce qui s’est passé, savoir comment j’en suis arrivé là, avant que l’on vienne me débrancher. J’erre dans une expérience parallèle qui m’échappe. Je suis Thomas. Thomas Garnier… et la seule question qui me hante est : Vais-je pouvoir encaisser la vérité ?

Mon avis

J'adore ce qu'écrit cet auteur, c'est le 4ème livre que je lis de Matthieu et à chaque fois dès les premières lignes je suis happée par l'histoire ! Celle-ci est captivante, touchante, j'ai eu beaucoup de difficultés à lâcher le livre. 
La petite histoire : Thomas se retrouve un jour en réanimation, dans le coma et il regarde sa vie, il la voit de l'extérieur grâce à un petit garçon, qui est ce petit garçon ? Thomas ne sait pas ce qui lui est arrivé ni comment tout ça s'est mit en place, il va regarder ça de loin et se rendre compte de certaines choses que je ne vous dévoilerai pas car tout est dans ce mystère que l'on découvre au fil des pages. 
C'est un livre qui pousse à la réflexion sur nos décisions, nos choix de vie conscients ou inconscients, je n'ai pas pu m'empêcher de penser à ma propre vie. 
Les émotions sont très bien décrites que ce soit la peine, l'angoisse, la colère et bien d'autres ... tant et si bien que quand je lis un roman de Matthieu Biasotto, j'ai l'impression de regarder un film (un comble pour quelqu'un qui regarde si peu la télé :-), c'est impressionnant et tout ça sans avoir de multiples descriptions ...
Matthieu Biasotto est un auteur proche de ses lecteurs, il a une page facebook où on peut le suivre, il semble être une personne très gentille dans le bon sens du terme ... Je crois que je suis fan ! :-)

samedi 14 octobre 2017

Le mystérieux secret de Jane Austen - Lhattie Haniel


Quatrième de couverture

Je n’ai pas la prétention d’avoir le fin talent de la très célèbre Jane Austen, mais il me tenait à cœur de vous raconter cette histoire poussée par mon admiration pour les écrits et par la vie de cette grande romancière anglaise. Au fil des pages, vous serez certainement saisie par les émotions en parcourant les premières années de sa vie et de celles de son écriture. Cependant, attendez-vous à être surpris par la mystérieuse romance qui s’est animée sous le sceau de ma plume. Il se pourrait même que vous ne vous en remettiez jamais ! Et si d’aventure, vous souhaitiez poursuivre cette lecture, il vous faudrait le faire sans soulever le moindre sourcil. Alors, peut-être qu'il vous sera dévoilé l’un des mystérieux secrets de Jane Austen : pourquoi ne fut-elle fiancée qu’une seule nuit à Harris Bigg-Wither ? Seule cette histoire saurait vous le dire…

Mon avis

J'ai aimé retrouver l'univers de Jane Austen même si ce roman n'est pas vraiment à la hauteur de l'écriture de Jane. J'ai passé un bon moment, je me suis laissée prendre au jeu sans me poser de question. C'est un roman mi-biographique, mi fantastique, un bon livre d'été mais il ne me laissera pas un souvenir inoubliable. 


jeudi 12 octobre 2017

Jinjinaji - Kate Del Ferra


Quatrième de couverture

Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas profité de ce cadre idyllique.
Pourquoi ne pas y aller cet été, avec sa fiancée 
L’occasion rêvée pour ses parents de rencontrer l’élue de son cœur.
Retraités et heureux propriétaire de leur maison dans les Alpes, ils
seraient ravis d’apprendre la nouvelle.

Mon avis

Julien c'est le fils parti à l'âge de 27 ans du domicile parental ... ça a fait un grand vide pour ses parents, Jacques pour le père, Nicole pour la mère, retraités tous les deux et le voilà qui revient au domicile parental après 6 mois d'absence dans le but de présenter sa fiancée. 
Les parents heureux de retrouver leur fils sont un peu envahissants surtout le père qui a de drôles de manières, de drôles d'idées, on ne sait pas trop sur quel pied danser avec lui, il se fait des films, c'est drôle et parfois dérangeant car on ne sait que penser de son comportement.
Il y a la mère, consentante ou pas des actions de son mari ? Elle me fait de la peine, elle semble parfois un peu perdue. 
Il y a le fils et la belle-fille comprennent-ils vraiment ce qui se passe ? ils sont face à quelque chose qui les dépasse 
L'auteur sait très bien manipuler les mots pour qu'en fait vous ne savez pas qui manipule qui ? qui dit vrai ou faux ? où est la réalité ? 
J'ai passé un agréable moment avec la lecture de ce livre. La fin me laisse un peu perplexe, triste, abasourdie, car au final, je n'ai pu m'empêcher d'aimer ce couple de retraités ... 

mercredi 11 octobre 2017

Ne la réveillez pas - Angelina Delcroix


Quatrième de couverture

Le lieutenant Philippe Donelli et l'adjudante Joy Morel sont appelés le même jour sur des affaires d'homicides codés. Pourtant, mille kilomètres les séparent...  Commence alors une course contre la montre pour stopper l’hémorragie de cadavres. 
La particularité du tueur : s'insinuer dans l'esprit de ses adversaires au point de réveiller en eux une confusion psychique frôlant dangereusement la folie.  Intelligence sadique, modes opératoires troublants et variés : la lucidité des enquêteurs va être sérieusement entravée. 
Et si leur pire ennemi n'était pas le tueur... 


Mon avis

C'est le premier roman d'Angélina Delcroix, je ne sais plus où et comment j'ai eu connaissance de ce livre, sans doute une bonne critique sur une page facebook, je ne regrette pas d'avoir cédé à la tentation, c'était quitte ou double.
Voilà, pour tout dire, j'ai été un peu chamboulée par la description d'une scène violente au début du récit , ce n'est pas vraiment le genre que je préfère comme thriller, que des choses horribles soient arrivées soit, les lire en direct ce n'est pas trop mon truc. J'ai failli abandonner car à chaque fois qu'il y avait des scènes avec le tueur je craignais de relire cette violence en direct et finalement le plus horrible a été le premier crime. J'ai donc eu dans un premier temps des difficultés à entrer dans l'histoire et à apprécier les personnages, je me suis détendue par la suite quand je me suis rendue compte que le plus dur était passé ....  L'ambiance du bouquin est angoissante et stressante.  L'écriture est fluide pas de temps mort, je ne me suis pas ennuyée. J'ai eu des doutes quant à l'auteur des crimes et .... j'avais raison .... Je tenterai sans doute le deuxième thriller de ce nouvel auteur.

samedi 7 octobre 2017

Un sac - Solène Bakowski


Quatrième de couverture

En pleine nuit, une femme attend face au Panthéon, seule, un petit sac dans ses bras frêles qu'elle serre comme un étau. Cette femme, c'est Anna-Marie Caravelle, l'abominable, l'Affreuse Rouquine, la marginale. Lorsque, vingt-quatre ans plus tôt, Monique Bonneuil décide de prendre en charge, en secret, à l'insu du reste du monde, l'éducation de la petite Anna-Marie, fille d'un suicidé et d'une folle à lier, elle n''imagine pas encore le monstre qu'elle abrite sous son toit et que, lentement, elle fabrique. La petite fille, poussée par ses démons, hantée par son histoire, incapable de distance, tue, un peu, beaucoup. Elle sacrifie, règle ses comptes, simplement. Mais que fait-elle là, cette jeune femme agenouillée en plein Paris, au beau milieu de la nuit ? Et que contient ce mystérieux sac qui semble avoir tant d'importance ? Voici l'histoire d'Anna-Marie Caravelle.

Mon avis

C'est bien mais sans plus, ça ne m'a pas fait vibrer, ça reste néanmoins intéressant à lire comme une histoire qu'on raconte, d'ailleurs ce sont les "mémoires d'Anna-Marie", sa vie n'a vraiment pas été simple, c'est noir, violent et glauque mais ce n'est pas ce que je préfère dans un thriller, il me manquait un petit quelque chose peut être une enquête policière, un peu de suspense même si au final on peut dire que du début jusque la fin je ne savais pas comment ça allait finir

mercredi 4 octobre 2017

Dans ma PAL quoi qui n'y a - Fin septembre 2017


D'abord les livres lus en septembre

-De l'amour comme s'il en pleuvait - Azel Bury (septembre 2017)
- Le fil d'argent - Rebecca Greenberg (septembre 2017) coup de 💖
- Ewa - Matthieu Biasotto (septembre 2017) coup de 💖
- Persécutée - Matthieu Biasotto - (septembre 2017)
- Josh - Alexis Arend (Septembre 2017) coup de 💖
- 11 juin - Matthieu Biasotto (Septembre 2017) coup de 💖
- Quand on a que l'humour - Amélie Antoine (Septembre 2017) coup de 💖
- La baie des morts - Azel Bury (Septembre 2017)
- Au bout du chemin - Cetro (Septembre 2017) coup de 💖
- Astrid - Vlad O'Riley (Septembre 2017) coup de 💖
- Nous danserons encore sous la pluie - Valérie Bel (Septembre 2017)
- Le voyage d'une seconde - Nour Kiahara (septembre 2017)


Et ma PAL qui s’agrandit et ça ne s'arrange pas avec le mois des indés sur amazon

D'abord chez les auteurs indépendants parce que c'est ceux là que je lirai en priorité : 

- 1974 - Arnaud Codeville (Octobre 2017)
- Jinjinaji - Kate Del Ferra (En cours)
- Le psy, le caniche et moi - Elisabeth Nihous
- Je me souviens de toi - Cédric Charles Antoine
- Une Ex - Gina Dimitri
- INsoumission - Gina Dimitri
- Sa chose - Gina Dimitri
- Le supplément d'âme - Matthieu Biasotto
- L'ombre - Luca Tathieazym
- Le bois aux papillons - Sandrine Pialat
- Les lettres de l'ane Cetro - Cetro
- Souviens-toi en 1450 - Valérie Mas
- Jamais plus - Colleen Hoover
- Charade - Laurent Loison
- Une bonne raison de tuer - Philippe Besson
- Salamanca - Alexis Arend
- Heaven's road - Alexis Arend
- Abime - Cetro
- Soleil à Vazec - Loana Hoarau
- Liberté je dessine ton visage - Olivier Tarassot
- Un jour d'avance - Matthieu Biasotto
- Buczo - Loana Hoarau
- La jupe écossaise - Lise Delukas
- Fidèle au poste - Amélie Antoine
- Au nom de quoi - Amélie Antoine
- Orphelin de pairs - Cetro
- Chorale - Nick Gardel
- Yell - Matthieu Biasotto
- Orisha song - Azel Bury
- Au nom de l'art - Cetro
- Au nom de la vie - Cetro
- Extraction (la naissance) - Tony Perrault
- Extraction (La résurrection) - Tony Perrault
- Maintenant et à jamais - Audrey Martine
- IVM 1 - Katia Campagne
- IVM 2 - Katia Campagne
- Le carnaval des illusions - Jo Rouxinol
- Chicago Requiem - Carine Foulon
- Versus - Luca Tahtieazym
- Théo ou le pouvoir de dieu - Serio Luis
- L'espoir au corps - Anaïs W.
- Espoir, sors-moi du noir - Brian B. Merrant

Et les autres :

- La dernière lettre de son amants - Jojo Moyes
- Pretty girl - Karin Slaughter
- Nager dans les étoiles - Kanishk Tharoor
- Une si jolie petite fille - Gitta Sereni
- Un goût de cannelle et d'espoir - Sarah McCoy
- Un parfum d'encre et de liberté - Sarah McCoy
- La femme du gardien du zoo - Diane Ackerman
- Des noeuds d'acier - Sandrine Colllette
- Un vrai jeu d'enfant - François Xavier Dillard
- Rendez-vous au cupcake café - Jenny Colgan
- La petite boulangerie du bout du monde - Jenny Colgan
- La ferme du bout du monde - Sarah Vaughan
- Une bonne intention - Solène Bakowski
- L'homme au manteau noir - Diane Setterfield
- Le retour de Jules - Didier Van Cauwelaert
- Le journal intime d'un arbre - Didier Van Cauwelaert
- 1984 - George Orwell
- Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie - Virginie Grimaldi
- Rêver - Franck Thilliez
- Sharko - Franck Thilliez
- L'affaire Isobel Vine - Tony Cavanaugh
- Et tu trouveras le trésor qui dort en toi - Laurent Gounelle
- L'homme qui voulait être heureux - Laurent Gounelle
- Les Dieux voyagent toujours incognito - Laurent Gounelle
- L'affaire Léon Sadorski - Romain Slocombe
- Une forêt obscure - Fabio M Mitchelli
- Le plus petit baiser jamais recensé - Mathias Malzieu
- La prunelle de ses yeux - Ingrid Desjours
- Les élus - Sem Steve Sandber
- Le loup peint - Jaques Saussey
- Le cas Jack spark - Victor Dixen
- L'amie prodigieuse - Helena Ferrente
- Au bonheur du matin - Marie-Paule Armand
- Miniaturiste - Jessie Burton
- Les filles du lion - Jessie Burton
- Le diable est dans les détails - Leila Slimani
- Les jours meilleurs - Cecelia Ahern
- Traquée - Rebecca Kean
- Entretien avec un vampire - Anne Rice (déjà lu mais j'ai envie de reprendre toute la série)
- Un dernier mot avant de partir - Cédric Castagné
- Vol pour Kidney - Franck Thilliez






Grossir le ciel - Franck Bouysse


Quatrième de couverture

Les Doges, un lieu-dit au fin fond des Cévennes. C’est là qu’habite Gus, un paysan entre deux âges solitaire et taiseux. Ses journées : les champs, les vaches, le bois, les réparations. Des travaux ardus, rythmés par les conditions météorologiques. La compagnie de son chien, Mars, comme seul réconfort. C’est aussi le quotidien d’Abel, voisin dont la ferme est éloignée de quelques mètres, devenu ami un peu par défaut, pour les bras et pour les verres. Un jour, l’abbé Pierre disparaît, et tout bascule : Abel change, des événements inhabituels se produisent, des visites inopportunes se répètent.
Un suspense rural surprenant, riche et rare.    

Mon avis

C'est le premier prix du polar SNCF 2017, ben ... j'ai pas vraiment aimé ... C'est un huis-clos qui se passe dans les Cévennes. C'est plein de détails ce qui fait que j'ai trouvé que c'était long à se mettre en place. J'ai été tentée d'arrêter de lire ce livre, j'ai failli perdre patience mais j'avais peur de passer à côté de quelque chose de bien après tout il a reçu le premier prix du polar SNCF quand même. L'ambiance des Cévennes est bien marqué mais le rythme ... lent a vraiment été difficilement tenable pour moi pourtant avec le recul c'est sans doute ça qui fait sa force, au roman. Ce n'est que presque à la fin que ça devient plus intéressant parce que l'on découvre la vérité, Que ce soit Gus ou Abel, ce sont des taiseux, ça cachait assurément des secrets. L'histoire est intéressante tout de même

samedi 30 septembre 2017

Au bout du chemin - Cetro


Quatrième de couverture

Enfermé dans un service de soins aux personnes âgées, Frank est un vieil homme. Très vieux. 
Bientôt 100 ans, physiquement dépendant, la somme de ses douleurs pourrait emplir un océan.
Pourtant, une seule le fait horriblement souffrir: celle, mentale, liée à sa solitude, à l'abandon dont il est l'objet.
Il attend donc la fin, sans horizons autres que les murs de sa chambre.
Jusqu'au jour où une étincelle va lui redonner espoir.
La visite régulière d'une jeune femme, aussi inattendue que rêvée, va le tirer de son morne quotidien, ré-ouvrir les fenêtres scellées, bouffée d'air frais et luminosité retrouvée.
Il pourra enfin se confier, déterrer des souvenirs précieusement enfouis et conservés.
La magie va alors opérer.

Mon avis

C'est le premier livre que je lis de cet auteur et ...... me voilà ferrée :-) ceci dit ça tombe bien parce que j'avais déjà craqué sur d'autres livres de lui 

Voilà un livre que tous les soignants devraient lire parce que ce qui est écrit dedans c'est ce qui se passe dans beaucoup d'établissements de soins, même dans le secteur public, money is money. Il faut savoir parfois prendre du recul quant à la manière que le système aimerait nous forcer à travailler, ne jamais céder, toujours réfléchir à notre pratique et surtout toujours aimer notre métier comme au premier jour c'est ce qui fera de nous des soignants bientraitants. 

Ce livre c'est l'histoire de Franck, une personne âgée hospitalisée dans un service de soins pour personnes âgées avec tout ce que ça comporte, le manque de personnel, le manque d'attention, la solitude, le manque de temps qui fait que le soignant ne considère plus ou peu la personne qui se trouve dans le lit comme une personne qui a vécu, qui a le droit qu'on s'occupe d'elle comme une personne unique ... , l'infantilisation de la personne âgée, la maltraitance institutionnelle ...et bien sûr Franck et son voisin de chambre en souffre qui n'en souffrirait pas ? Alors quand Franck parle de sa jeunesse, ils s'évadent un peu, beaucoup ... Ces passages font réfléchir à sa pratique professionnelle. Forcément de par mon métier cette partie m'a interpellée et je me suis interrogée sur mes pratiques ... 

Un jour, une bénévole va arriver dans sa chambre pour discuter de tout et de rien avec lui et Franck va lui (nous) raconter son enfance. Ce roman est une alternance de chaud et de froid entre ses journées au centre de soins et sa vie d'avant qui est au antipode de la vie au centre de soins. J'ai été captivée par son histoire, c'est si bien écrit qu'instantanément dès qu'il parle de son enfance, vous vous retrouvez à l'époque où il avait 12 ans dans la ferme où il vivait avec ses parents, son frère Anthony et ses grands parents, vous visualisez la ferme, vous rigolez des blagues et de la répartie d'Anthony, vous aimez tout ce petit monde et vous vous prenez aussi d'affection pour les animaux de la ferme, si,si, c'est vrai ... C'était l'époque où l'agriculture était encore à taille humaine, en tout cas leur ferme l'était. 

Mais ce n'est pas que ça, il y a aussi un regard sur la malbouffe, sur l'intelligence animale, sur notre rapport aux animaux, sur l'abattage intensif, sur leur élevage mais aussi sur un mode de vie qui nous rend insensible à ce qui se passe près de nous, le refus de la différence, sur le respect de nos aînés .... il y a tant de sujets évoqués dans ce livre que je ne peux pas tous les citer mais je peux vous dire que tout est distillé comme ça par de petites phrases toutes discrètes qui vont droit au but car elles poussent à réfléchir notre quotidien au mieux vous prenez conscience de certaines choses qui sont totalement aberrantes mais qui pourtant existent, ce genre de chose qui vous fait changer vos habitudes.  

Pour finir, c'est superbement bien écrit, c'est parfois drôle, c'est tendre, c'est émouvant, c'est un livre plein d'amour et de respect. Je le répète, ce livre est émouvant, j'ai encore versé ma petite larme.
Il y a tellement à dire sur ce livre que je vous laisse le lire vous même, c'est une pépite et la plume de Cetro est merveilleuse

Histoire d'@ - Laure Manel


Quatrième de couverture

Il est parti sans se retourner vers New-York qui lui tendait les bras. Et l'a laissée dans une incompréhension majeure.
Douze ans après, il réapparaît derrière son écran, et commence alors une correspondance par mails, comme une conversation. L'occasion d'évoquer les souvenirs, et de se parler de leur vie.
Mais dénouer les fils non résolus du passé n'est pas sans conséquences...
Un roman épistolaire moderne qui rend hommage à l'amitié, questionne l'amour, et interroge les choix de vie.

Mon avis


J'ai passé un bon moment de lecture, c'est le premier roman de Laure Manel et pour cela je resterai indulgente. C'est une histoire qui se laisse lire, c'est simple et bien écrit, un petit regret, j'ai trouvé qu'il n'y avait pas de grandes surprises quelque soit le choix de vie qu'aurait pu prendre les personnages mais comme je l'ai dit j'ai passé un agréable moment quand même ça me change des thrillers et ça fait du bien de temps en temps. Je me suis attachée aux personnages et bien sûr on prend conscience de l'importance de nos choix de vie. Un livre que je recommande aux personnes qui aiment la littérature romantique. De cet auteur, j'ai préféré la délicatesse du homard