samedi 19 août 2017

La femme qui tua Stephen King - Azel Bury


Quatrième de couverture

Un hommage au Grand Stephen King. Ce livre raconte l'histoire d'Irma, qui veut prendre la place du calife... En manque d'inspiration, elle pense que Stephen King est la cause de tous ses malheurs. Oserez-vous la suivre jusqu'à Bangor ? Attention, n'allez pas mourir... de rire.

Mon avis

Encore une nouvelle auteure que je découvre. J'aime sa page sur facebook (encore lui), j'aime l'humour d'Azel, celui de tous les jours. Aussi, j'ai franchi le pas, j'ai acheté cet ebook de un : parce que j'aime beaucoup Stephen King enfin surtout ses anciens livres je me suis arrêtée avant les tommyknockers, de deux le titre m'amusait, de trois je voulais découvrir ses romans même si j'avais déjà acheté un premier livre d'elle (La baie des morts) c'est par celui là que j'ai commencé intriguée par le titre depuis j'en ai acheté un 3ème (De l'amour comme s'il en pleuvait)
Alors "la femme qui tua Stephen King, c'est l'histoire d'une maman au foyer qui peine à faire vivre sa petite famille. Pour cela, elle veut devenir écrivain afin de gagner beaucoup d'argent. Elle commence à écrire des histoires mais ses enfants lui font remarquer qu'à chaque fois Stephen King a déjà écrit une histoire similaire. Elle va donc lui en vouloir, au point de le tuer ? je ne vous raconterai pas quel est son but, je vous laisse découvrir si le coeur vous en dit ...
J'ai bien aimé l'histoire qui est originale mais je n'ai pas vraiment compris que tout au long du roman c'était Irma qui racontait. Du début au 4ème chapitre inclus jusque là tout allait bien, j'ai d'ailleurs beaucoup aimé ce 4ème chapitre (j'avais envisagé une autre fin, une fin à la Simetière ...), et je me suis perdue pour le chapitre 5 et le chapitre 6 (c'est à ce moment là que je me suis dit "tiens, ça doit être un ensemble de nouvelles que ce n'était pas les différents scénarii d'Irma). J'ai finalement raccroché les wagons avec la fin que j'ai adoré, j'ai dû louper quelque chose quelque part, ça m'apprendra à lire alors que mes yeux crient pitié car le marchand de sable est passé. 
J'ai hâte de lire l'autre livre que j'ai acheté ... 

mercredi 16 août 2017

Un clafoutis aux tomates cerises - Véronique De Bure


Quatrième de couverture

Au soir de sa vie, Jeanne, quatre-vingt-dix ans, décide d'écrire son journal intime. Sur une année, du premier jour du printemps au dernier jour de l'hiver, d'événements minuscules en réflexions désopilantes, elle consigne ses humeurs, ses souvenirs, sa petite vie de Parisienne exilée depuis plus de soixante ans dans l'Allier, dans sa maison posée au milieu des prés, des bois et des vaches. La liberté de vie et de ton est l'un des privilèges du très grand âge, aussi Jeanne fait-elle ce qu'elle veut et ce qu'elle peut : regarder pousser ses fleurs, boire du vin blanc avec ses amies, s'amuser des mésaventures de Fernand et Marcelle, le couple haut en couleurs de la ferme d'à côté, accueillir pas trop souvent ses petits-enfants, remplir son congélateur de petits choux au fromage, déplier un transat pour se perdre dans les étoiles en espérant les voir toujours à la saison prochaine... Un clafoutis aux tomates cerises, le plus joli roman sur le grand âge qui soit, traite sans fard du temps qui passe et dresse le portrait d'une femme qui nous donne envie de vieillir.

Mon avis

J'ai bien aimé la première partie du bouquin et puis j'ai commencé à m'ennuyer car le rythme est assez monotone, l'histoire aurait gagné à être moins longue je trouve. Jeanne est une mamie attendrissante, drôle avec un bon caractère. Le livre est découpée en saison. L'hiver étant la saison de son déclin. Jeanne est le genre de personnage qui vieillit et qui l'accepte en ça je lui ressemble. Dès petits passages m'ont fait sourire surtout ceux qui concernent la technologie c'est vrai que c'est compliqué, pareil qu'elle je n'utilise que certaines fonctions et toujours les mêmes et j'oublie vite ce que l'on m'explique. J'ai aimé aussi ses retours dans sa jeunesse qui étaient forcément un peu aussi les miens mais j'étais plus jeune qu'elle, ce livre nous plonge un peu dans notre jeunesse et nous projette aussi vers notre vieillesse ...

lundi 14 août 2017

Les cendres des roses mortes - Gina Dimitri


Quatrième de couverture

Eulalie-Lucéane, a des problèmes bien plus graves que son prénom particulièrement ridicule. Elle qui s’était promis d’écrire un best-seller avant ses vingt-cinq ans, se réveille au matin de son vingt-sixième anniversaire sans avoir en tête le premier mot de l’incipit de son futur chef-d’œuvre. Il n’en fallait pas plus pour la faire plonger dans une "crise de la vingt-sixaine" d’anthologie. Lorsque le destin, sous les traits de sa meilleure amie Tara, lui accorde de rencontrer un éditeur, son rêve le plus fou semble se réaliser. Ehvor, son nouvel éditeur, est un mystère. Sa maison d'édition n'a publié qu'un seul ouvrage, au titre étrange, "Les cendres des roses mortes". 

...Il faut toujours faire très attention à ce que l’on souhaite. 


Mon avis

Hé, Hé .... j'ai beaucoup aimé, c'est un roman complètement délirant et ça fait du bien. J'ai ri plus d'une fois, on y trouve des expressions comme celle-ci qui sortie de son contexte fera sans doute moins rire mais visuelle comme je suis ça me parle : "si j'étais un rouleau de papier toilette, j'en serais à ma dernière feuille", j'ai adoré ça "Je tiens à préciser que je ne suis pas quelqu'un de romantique. Lorsque David sème des pétales de rose dans notre chambre, tout ce à quoi je pense, c'est au temps que ça va prendre pour balayer ces saletés. »" ou celle-ci « Elle transbahute un énorme arrière-train, qui donne à son ombre l'air de chevaucher un éléphanteau. »  et d'autres expressions ou idées farfelues de Eulalie-Lucéane m'ont fait bien rire, je n'ai pas tout dévoilé, il y en a encore plein. J'ai adoré aussi sa façon de décrire ce qui se passe dans sa tête avec ses neurones qui parlent, lol. Ce personnage est géant ! et la fin de l'histoire est géniale, j'ai adoré je vous dis.
Je me suis demandée à un moment si ce n'était pas de temps en temps auto-biographique, lol 
Le seul petit bémol pour moi, ce sont les chapitres de 30 minutes (selon ma liseuse), je préfère quand ils sont plus courts mais c'est une broutille.
C'est le deuxième livre que je lis de cette auteure et j'en lirais d'autres c'est certain d'ailleurs j'ai déjà "une chose" qui attend dans ma PAL, alors on adhère ou pas au style de Gina Dimitri mais moi j'adore, la preuve j'ai déjà lu ce deuxième roman alors que j'ai une PAL haute comme la Tour Eiffel ...

Le berceau de la peur - Mark Edwards et Louise Voss


Quatrième de couverture

La première enfant a été enlevée chez elle.
Le deuxième, dans la voiture de sa mère.
Et la troisième, dans sa propre chambre à coucher…
Lorsqu’un soir, Helen et Sean Phillips sortent en laissant leur fille aînée de 15 ans garder sa petite sœur Frankie, ils ignorent qu’ils s’apprêtent à vivre le pire cauchemar de tous les parents.
Quand l’enquête démarre, l’inspecteur principal Patrick Lennon a bon espoir de retrouver les trois enfants sains et saufs. Mais un premier corps est retrouvé dans un parc de Londres, et Lennon comprend que le temps est compté. Dans cette affaire, les apparences sont trompeuses…
Un roman qui mêle si habilement enquête policière et thriller psychologique que vous ne pourrez vous empêcher d’aller vérifier que vos enfants sont en sécurité !
Le berceau de la peur est le premier tome de la série des enquêtes de l’inspecteur Lennon.

Mon avis

J'ai bien aimé l'histoire, pas un moment d'ennui, les chapitres sont courts et chacun est destiné aux différents personnages. C'est bien écrit et c'est plein de rebondissements. Les personnages sont intéressants et on s'attache à eux, que ce soit Helen la maman courage qui cherche retrouver sa fille, le père Sean qui veut se montrer fort, Alice jeune adolescente dans toute sa splendeur !  Les personnages secondaires prennent aussi toute leur place.
J'ai eu un doute pendant un instant sur la personne coupable mais ce n'est resté qu'un doute jusqu'au dénouement de l'enquête. 
Ce livre est le premier tome des enquêtes de l'inspecteur Lennon, on prend connaissance de sa vie personnelle et du drame qu'il a vécu dès le début du livre et ça en fait un personnage intéressant à suivre car on s'attache à lui, il a lui aussi ses fêlures et ça j'aime ... 

samedi 12 août 2017

Le jour du chien - Patrick Bauwen


Quatrième de couverture

Les ténèbres sont mon domaine. Le métro, ma cité des morts. La souffrance de mes victimes, mon plaisir. Je suis le Chien. Inquisiteur ou Guerrier Saint, comme vous voudrez. Dieu est avec moi. Djeen, je croyais l'avoir tuée. C'était il y a trois ans. Déchiquetée par les roues du métro. Et voilà qu'elle me menace... Je dois la retrouver avant que Kovak ne le fasse. Et ce jour-là signera l'apogée du mal. Sur les traces d'un tueur psychopathe, dans un Paris souterrain plus hallucinant que l'Enfer, le nouveau thriller de Patrick Bauwen, un des maîtres du genre depuis L'Oeil de Caine.

Mon avis

Encore un bon thriller, premier livre que je lis de Patrick Bauwen, s'ils sont tous de cet acabit je vais me régaler avec mes autres lectures. Un véritable page-turner, impossible à lâcher. Ce Christian Kovak, médecin, est le mari de Djeen, il ne va rien lâcher et il va tout mettre en oeuvre pour savoir ce qui est arrivé à sa femme et si sa femme est réellement décédée sous les roues du métro, c'est un homme brisé et attachant alors bien sur on a peur pour lui mais on s'interroge également, que s'est-il réellement passé, quel est le pourquoi du comment. Et puis, il y a le Chien, il est catalogué de schizophrène et il s'est échappé de l'hôpital psychiatrique dans lequel il était enfermé à la suite du meurtre de Djeen, il va continuer à tuer de façon diabolique et atroce. Le rythme de l'histoire est rapide grace à des chapitres courts. Une lecture surprenante et captivante, j'en redemande ...




vendredi 11 août 2017

Tirage au sort, c'est fait



J'avais promis d'offrir ce livre par tirage au sort aux personnes laissant un commentaire sous l'article. Une main innocente (ma fille) a tiré le petit papier avec le pseudo "Écureuil bleu", ce livre est donc pour toi. Tu peux m'envoyer ton adresse postale via le formulaire de contact en bas à droite. Merci May, j'ai un formulaire de contact maintenant :-)

Noëlle, dans quelques temps, j'offrirai un autre livre de cette auteure.


mercredi 9 août 2017

Givrées - Gina Dimitri


Quatrième de couverture



Il vous trompe, vous en avez la certitude…
Et vous ne comptez pas en rester là ?

Il vous ment, vous en avez la preuve…
Et vous avez la ferme intention de le lui faire payer ?

Il vous humilie, vous en avez assez…
Et vous cherchez de l’aide pour concocter votre vengeance ?

Il vous tarde de le voir ramper, vous supplier…
Et vous êtes prête à en payer le prix ?

Contactez-nous à l’adresse suivante:
helpme@GIVREES.com

Mon avis

Depuis quelques temps, je cherche à sortir des sentiers battus en lisant des auteurs qui ne sont pas très connus parfois j'accroche et là c'est le cas, je suis mordue. Alors comme je l'ai avoué à l'auteure, je suis passée plusieurs fois devant cette couverture sur le net et la couverture ne m'attirait pas du tout, du tout. J'ai vu quand même passer plusieurs avis positifs sur le bouquin sur facebook et sur babelio et j'ai donc franchi le pas .... 

J'ai été agréablement surprise. C'est un thriller pas comme les autres, c'est plein d'humour parfois noir, parfois imagé (c'est cet humour que je préfère étant très visuelle), j'ai souri souvent, ri un peu. C'est plein de rebondissements, je n'ai pas eu un moment d'ennui, l'écriture est fluide et addictive. J'ai aimé le personnage de Clitorine, et oui, vous avez bien lu, j'ai aimé la rapidité de sa pensée, son humour, ses blessures, sa vengeance si bien orchestrée et les autres personnages sont au top ! Le déroulement de l'histoire n'est pas habituel et c'est plaisant à lire et ça change tellement des thrillers habituels, j'adore !

J'ai terminé ma lecture à 3 heures du matin et j'ai acheté dans la foulée 2 autres Ebooks de cette auteure (sa chose et les cendres des roses mortes) comme quoi ce livre m'a vraiment plu et je me tâte d'acheter les 2 autres ... "INsoumission et "une Ex" ben oui, je suis fidèle mais je vais peut être en lire un deuxième avant mais pas tout de suite ...



La fille sortilège - Marie Pavlenko



Quatrième de couverture

Six Clans dirigent la Cité. Chacun possède une Magie qui commande aux éléments ou aux êtres vivants. De leur union dépend l'équilibre. C'est pourquoi durant la Fête des Échanges, les adolescents sont soumis à des épreuves, en vue d'être initiés. Parce qu'elle a échoué, la jeune Érine est bannie, loin de sa famille et de son Clan. Condamnée à survivre dans la zone d'exil, elle va bientôt découvrir le sombre secret de la Cité. Et le terrible complot qui menace de la détruire.

Mon avis

J'ai bien aimé ce roman même si parfois je me suis un peu ennuyée en fait c'est une histoire qui m'a plutôt fait penser à celle de Divergente mais avec des clans différents et un peu moins percutant quand même sauf que là l’héroïne évolue dans un monde de fantaisy. En effet Erine est bannie de la cité des 6 parce qu'elle a choisi de changer de clans mais elle n'a pas réussi. La cité est divisée en 6 clans, Sourciers, planteurs, Dresseurs, Façonniers, couteliers, guérisseurs, elle se retrouve donc Orklas (Hors Clan). J'ai bien aimé le personnage d'Erine, une fille touchante, forte, sincère et humaine. La première partie de l'histoire m'a plue parce qu'on faisait connaissance avec les différents personnages et l'univers de la cité mais il me manque quelque chose que je ne saurais définir ... peut être est-ce à cause de la mise en place trop longue de l'action ce qui fait que quand elle est arrivée je n'étais pas complètement dedans ou peut être aussi un manque d’approfondissement de l'amour d'Erine pour sa famille, ou pour son ancien petit ami ou pour son mentor ... l'un des 3 aurait sans doute donné plus de profondeur à l'histoire

lundi 7 août 2017

Pardonnable, impardonnable - Valérie Tong Cuong


Quatrième de couverture

Un après-midi d'été, alors qu'il se promène à vélo sur une route de campagne, Milo, douze ans, chute et se blesse grièvement. Ses parents Céleste et Lino et sa grand-mère Jeanne se précipitent à son chevet. Très vite, chacun va chercher les raisons de l'accident. Ou plutôt le coupable. Qui était avec lui ce jour-là ? Pourquoi Milo n'était-il pas à sa table, en train de faire ses devoirs, comme prévu ? Tandis que l'angoisse monte autour de l'état de Milo resurgissent peu à peu les rapports de force, les mensonges et les petits arrangements qui sous-tendent cette famille. L'amour que chacun porte à l'enfant ne suffira pas à endiguer la déflagration. Mais lorsque la haine aura tout emporté sur son passage, quel autre choix auront-ils pour survivre que de s'engager sur le chemin du pardon ?Un roman choral qui explore la difficulté à trouver sa place au sein du clan, les chagrins et la culpabilité, mais aussi et surtout la force de l'amour sous toutes ses formes.

Mon avis

C'est donc l'histoire d'un enfant de 12 ans qui part faire du vélo avec sa tante pendant que ses parents sont chez le notaire pour signer une donation secrète (1er secret, il y en aura d'autres). Un accident arrive et là tout s'enchaîne ...  Le roman se divise en 5 parties : la colère, la haine, la vengeance l'amertume et le pardon, un peu comme les 5 phases du deuil ...Chaque chapitre est dédié à un personnage et au fil du temps on découvre leurs pensées et les secrets de famille.
Second livre que je lis de cet auteur et j'aime énormément son écriture, ses mots sont choisis, on s'attache aux personnages, on comprends leurs mensonges, leurs blessures ... alors Pardonnable, impardonnable ?
C'est un roman magnifique et très bien écrit. Je lirai d'autres livres de cet auteur c'est certain

Comme promis, j'offre ce livre par tirage au sort vendredi parmi les commentaires si dessous si le livre vous intéresse 






samedi 5 août 2017

Son frère - Philippe Besson


Quatrième de couverture

Ils sont deux frères, jeunes encore, réunis une dernière fois face à la mer, face à la mort. Thomas est malade. Lucas l'accompagne pour une ultime escapade dans l'île de Ré, sur les terres de leur enfance. Un banc au soleil. Entre retrouvailles et chant du départ, chaque minute, désormais, mérite d'être vécue jusqu'au bout.

Mon avis

Philippe Besson est un magicien, sans vous en rendre compte vous vous retrouvez à avoir des larmes dans les yeux et vous ne comprenez pas comment c'est arrivé, vous êtes entrain de lire et d'un coup vous êtes submergées par l'émotion, c'est ce qui m'est arrivé en tout cas. Quand vous entrez dans un roman de Philippe Besson, vous vous laissez bercer par ses mots, c'est tellement bien écrit, il a l'art de trouver les mots qui vont aller droit au cœur. C'est le deuxième livre que je lis de cet auteur, le premier étant "Arrête avec tes mensonges", je crois que je deviens fan, c'est sûr j'en lirai d'autres ... Ce livre ci parle de la maladie, de l'acharnement thérapeutique, de la dépersonnalisation des patients face au système hospitalier, je suis toujours étonnée du peu de rebellion des patients et quand ils le font c'est très souvent mal vécu de la part des soignants et pourtant si nous étions de l'autre côté de la barrière nous nous laisserions pas faire aussi facilement parce qu'on sait que parfois ce serait mieux de ne pas s'acharner qu'en tout cas on ne voudraient pas ça pour nous mais tant qu'il y a de l'espoir c'est difficile de prendre une décision à la place du patient mais le patient est-il toujours en capacité de prendre cette décision de tout arrêter ? Ce livre parle aussi de la mort, du combat pour la vie, de l'acceptation, de l'amour fraternel, de Lucas qui va accompagner son frère Thomas jusqu'au bout. Ce n'est pourtant pas un livre triste mais un livre qui nous ouvre les yeux sur ce qu'est la vie, qu'il faut en profiter à fond, jusqu'au dernier moment et savoir partir .... 

jeudi 3 août 2017

C'est triste

Humeur du jour ...

C'est triste un Blog qui ne vit pas par des commentaires. C'est clair, je ne suis pas une littéraire, mes avis sont simples et ne font pas 3 pages mais j'adore lire c'est même une passion alors j'aime partager et je me sens parfois seule sur le Blog ... avoir un retour ça permet d'avoir d'autres avis, ça permet de créer des liens même s'ils ne sont que virtuels, ils sont sincères ... Parce que toujours, je répondrai à un commentaire ici ou sur votre Blog en retour parce c'est ça l'échange, le début d'une communication entre 2 personnes, que sommes nous sans ?
Tout se perd ma brave dame ! Nous sommes à une époque où tout doit aller vite, plus de temps pour écrire,  juste assez pour cliquer sur un bouton j'aime et encore  ... Sommes-nous passés à une ère où l'on ne prend plus le temps pour les autres ? Ça me laisse perplexe tout ça

Ps : merci à mademoiselle may, bisous